Wired brain illustration - next step to artificial intelligence

Bonjour Rémi, la semaine dernière nous avons parlé de la réalité augmentée, en fin d’article tu nous a soufflé un mot sur l’article d’aujourd’hui, Asimov. Peux-tu nous en dire plus ? 

Asimov est une personne assez exceptionnelle qui est né en 1920 et a écrit notamment sur les sujets de l’intelligence artificielle, la robotique et les voitures autonomes. On était alors au lendemain de la seconde guerre mondiale.

Au-delà de toutes ses œuvres, pour beaucoup sous formes de nouvelles, Asimov nous a surtout légué les 3 lois de la robotique.

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger 
  2. Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi ;
  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

 

On voit que le sujet de l’intelligence artificielle te passionne, peux-tu nous en dire plus sur l’évolution de cette technologie ?

L’intelligence artificielle n’est pas une nouveauté, elle date de plusieurs décennies. Elle est passée sur le devant de la scène grâce à quelques résultats spectaculaires : la victoire de DeepBlue en 1996 aux échecs face à Gary Kasparov, celle en 2011 de Watson à Jeopardy et enfin celle de 2016 de Alpha Go face à Lee Seedol au jeu de Go. La reconnaissance d’image et de parole ont également permis de démocratiser la technologie. L’apprentissage (ou machine learning) est une des disciplines informatiques ayant connu les plus grands progrès ces dernières années.

De partout il est désormais avéré que l’IA va bouleverser nos usages, nos marchés et nos entreprises. Stratégie et prospectives vont désormais de paires avec l’IA. Les GAFA investissent aujourd’hui plusieurs milliards dans le développement de l’IA.

La voiture autonome est aujourd’hui la figure de proue représentative de cette accélération des capacités de perception et d’analyse.

 

Florian est un expert dans la discipline, il travaille pour Hcube Conseil.

 

Florian,  

Quelle est ta vision sur le sujet ? Quels sont, selon toi, les avantages, les solutions que pourrait nous apporter l’intelligence artificielle ?

Inversement, quels en sont les risques possibles, les inconvénients ?

 

Les principaux algorithmes utilisés dans le domaine de l’intelligence artificielle existaient déjà depuis les années 1980. Les deux grandes tendances qui ont dramatiquement propulsé ce champ d’étude sont la masse de données disponibles et l’émergence du marché du cloud computing qui ont démocratisé l’accès à la haute puissance de calcul.

Le potentiel dans ce domaine est énorme, l’intelligence artificielle est aujourd’hui présente dans notre quotidien mais prédire l’avenir reste un pari risqué, surtout quand on sait que le progrès est quelque chose de très chaotique. Aujourd’hui on ne peut plus discuter de progrès technologique sans discuter de l’aspect juridique et éthique de la chose.

Prenons un exemple :

Les voitures autonomes sont l’une des technologies les plus avancées utilisant de l’intelligence artificielle. Bien qu’elles apportent un nombre incroyable d’avantages, elles posent également un défi juridique et éthique.

Dans le cas d’un accident dû à une erreur de l’IA, qui assumera les conséquences ? Quel sera le choix de l’algorithme entre sauver la vie du conducteur et sauver celle des passants ? Ces questions sont toujours sans réponses.  Ou encore si demain toutes les voitures autonomes sont équipées d’une caméra, quelles seront les conséquences sur notre vie privée ? Le confort aura donc un prix.

Dans le monde du travail, beaucoup de métiers seront remplacés ou devront évoluer.

De nos jours on trouve un conducteur dans tous les moyens de transports, que ce soit dans une voiture, dans un avion ou dans un bateau.  Demain, il y aura un « superviseur » qui sera chargé de superviser une dizaine de véhicules. L’intelligence artificielle permettra de faire beaucoup plus avec beaucoup moins.

Dans le monde médical, les robots intelligents opéreront avec plus de précision que les humains, l’objectif du chirurgien sera alors de surveiller et de guider la machine et non plus d’opérer. Avec l’avènement des humanoïdes, de nombreuses vies seront sauvées à l’aide d’organes artificiels qui remplaceront, par exemple, le cœur, le foie, les membres ou même les yeux.

Néanmoins, il y aura toujours des conséquences.  En 2050, nous serons plus de 10 milliards de personnes sur terre, l’extension de la vie humaine aura-t-elle un impact qui profitera au monde ? Aurons-nous encore le même discours deux cents ans plus tard ?

 

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Copyright HCube Conseil 2018